Bienvenue sur le site du Père Noël
Noël c'est dans 212 jours

Si tu veux me parler,
appelle moi au
0 899 19 39 25*

Le petit bonhomme de pain d'épice

Les enfants, je suis d'excellente humeur aujourd'hui car vois tu La Mère Noël a préparé ses fameux gâteau de Noël.
Hum, je les adore hé n'oublie pas le soir de Noël de me préparer un petit encas,
la nuit de Noël esl longue et éprouvante pour un vieux gourmand comme moi.
Alors au pied du sapin déposes un grand verre de lait et quelques petits gâteaux. Je les aime tous, sec, m?lleux au chocolat, à la cannelle hum .
Ca me rappelle la fois où la mère Noël a fait un bonhomme de pain d'épice et ce coquin-la n'a même pas fini dans mon estomac.
Je vais te raconter son histoire.
C'était un après midi, je revenais de l'usine des cadeaux pour prendre un petit gouter: une tasse de chocolat et quelques gâteaux tout chauds sortis du four et préparés avec amour par la Mère Noël.
Madame Noël avait préparé un pain d'épice et avec le reste de la pâte avait façonné un petit bonhomme. Derrière la porte de la cuisine une douce odeur sucrée de pain d'épice chaud parvenait à mes narines.
Quand j'entra la mère Noël ouvrait tout juste le four.
C'est alors que je vis mon goûter sauter à terre et s'enfuir en chantonnant
« tu peux courir tant que tu voudras, jamais tu ne me rattraperas, je ne finirais pas dans ton estomac! Na ! ».
La mère Noël se mit alors à lui courir après en lui criant :
« reviens petit chenapan, on ne va pas forcement te manger, viens discuter. »
Mais le petit bonhomme de pain d'épice fit la sourde oreille et continua son chemin. Je décidais donc moi aussi de poursuivre mon goûter qui cavalait et la mère Noël qui obstinée le poursuivait.
Voyant que le Père Noël était aussi à ses trousses le pain d'épice reprit
« tu peux courir tant que tu voudras, jamais tu ne me rattraperas, je ne finirais pas dans ton estomac! Na ! ».
Un de mes rennes nous vit passer et sans savoir pourquoi il se mit à courir lui aussi en se disant que tout ceci semblait bien amusant.
Voyant que le renne aussi le poursuivait, le bonhomme de pain d'épice s'écria :
« tu peux courir tant que tu voudras, jamais tu ne me rattraperas, je ne finirais pas dans ton estomac! Na ! ».
Nous courions donc tous les trois derrière lui, la mère Noel, moi et un renne et mon goûter riait et nous narguait :
« vous pouvez toujours courir jamais vous ne me rattraperez. Je suis le plus rapide le plus agile je suis le plus musclé de tout les goûters ».
Un ours qui passait par là entendit tout cette cacophonie.
Il trouva cet affolement bien amusant. Il faut dire que c'était un ours qui s'ennuyait et détestait par-dessus tout hiberner.
Cela faisait un moment qu'il ne s'était pas dégourdi les pattes, un peu de sport ne peut pas me faire de mal, « je m'empâte » se dit ?il.
Et voila l'ours pris par a la course .Quand Le petit bonhomme de pain d'épice vit l'ours prendre part à la course, il se mit à rire encore plus fort
« tu peux courir tant que tu voudras, jamais tu ne me rattraperas, je ne finirais pas dans ton estomac! Na ! ».
Le petit bonhomme de pain d'épice passa devant la grange où mes lutins entreposaient les cadeaux. Noël approchaient et tous s'affairaient.
La mère Noël leur cria :
« mes amis arrêtez ce biscuit qui s'enfuit stoppez cet épicé il est cinglé. Ce gâteau de fête n'a plus toute sa tête ».
Les lutins se mirent alors eux aussi à poursuivre le goûter piqué.
Voyant de nouveaux poursuivant le petit bonhomme repris en criant
« vous pouvez toujours courir jamais vous ne me rattraperez. Je suis le plus rapide,
le plus agile, je suis le plus musclé de tous les goûter ».
Mais La mère Noël, moi, mon renne, l'ours et les lutins, nous poursuivions toujours le pain d'épice.
Le pain d'épice croisa alors un élan qui avait grand sommeil et baillait aux corneilles. Quand il aperçu ce fainéant, le goûter se mit à lui crier :
« hé empâté, tu ne pourras jamais me rattraper, tu es bien trop mou, vieux ragoût »

L'élan sursauta mais décida sur le champs de rattraper cet effronté...
Les élans sont fiers, ça ne date pas d'hier. Sur ce, notre goûter se remit à ricaner « tu peux courir tant que tu voudras, jamais tu ne me rattraperas, je ne finirais pas dans ton estomac! Na ! ».
Il riait et riait et derrière couraient la mère Noël, le Père Noël, un renne, un ours,
des lutins et un élan. Soudain le bonhomme stoppa net. Il était arrivé près d'une rivière. Tous derrière lui criaient
« tu n'es qu'un fou, petit pâte à choux, tu finiras par te noyers petit effronté ».
Mais le pain d'épice répondit :
« c'est moi le plus parfait de tous les entremets, le plus beau de tous les gâteaux,
le plus joli des biscuits, je trouverais bien une solution bande de gros poltrons ».
Au bord de la rivière un chat norvégien se prélassait l'air de rien.
Les chat norvégiens ont pour réputation d'être russé et très malins.
Ce dernier proposa au dessert aux aguets
« mon ami puis-je t'aider » l'autre répondit
« tu dis ça parce que tu veux me manger ».
« certainement pas, tu es mauvais pour ma ligne et je fais un régime mais tant pis pour toi jeune ingrat je ne t'aiderais pas à traverser si c'est ton souhait »
Le pain d'épice n'avais pas vraiment le choix, il s'excusa et accepta.
Il monta alors sur le dos du rusé félin qui l'air de rien arrivé à la moitié de la traversée lui demanda « veux tu monter sur mes épaules, l'eau monte de plus en plus »
Le pain d'épice s'exécuta il se mit même à fanfaronner
« vous pouvez toujours courir jamais vous ne me rattraperez. Je suis le plus rapide,
le plus agile, je suis le plus musclé de tous les goûters ».
Le chat reprit : « monte encore viens sur mon nez sinon tu vas te noyer délicieux petit goûter ».
Arrivé de l'autre coté de la berge, le petit bonhomme chantonnait encore
« vous pouvez toujours courir, jamais vous ne me rattraperez. Je suis le plus rapide,
le plus agile, je suis le plus musclé de tous les goûters ».
C'est alors que le félin malin ouvrit la gueule et engloutit le dessert trop fier.
C'est ainsi que ce termine l'histoire du petit bonhomme de pain d'épice : dans l'estomac d'un chat !

Bonne nuit.

Le Père Noel.

Retour à l'accueil