Bienvenue sur le site du Père Noël
Noël c'est dans 212 jours

Si tu veux me parler,
appelle moi au
0 899 19 39 25*

Le bonhomme de neige

Il a tellement neigé la nuit dernière.
Et, cet après midi pendant la pause goûter, mes lutins se sont follement amusés.
La mère noël à préparé de délicieuses glaces. Et mes lutins ont fait des batailles de boules de neige, ils ont fabriqués beaucoup de cadeaux et... des bonhommes de neige.
A propos connais-tu l'histoire du bonhomme de neige ?
Installe toi bien confortablement et écoute mon histoire.
« Quel beau froid il fait aujourd'hui ! » dit le Bonhomme de neige.
« Tout mon corps en craque de plaisir. Et ce vent glacial, comme il vous fouette agréablement ! Et en plus, il y a cette boule de feu qui me regarde toute béate ! »
Il voulait parler du soleil bien entendu, qui disparaissait à ce moment.

« Oh ! Il a beau briller de tous ses rayons, il ne m'éblouira pas ! Mes deux yeux sont bien enfoncés ils ne sont pas près de tomber. »

Il avait, en effet, au lieu d'yeux deux gros morceaux de charbon de bois brillant et sa bouche était faite d'un vieux râteau, de telle façon qu'on voyait toutes ses dents. Son nez était fait d'une grosse carotte d'un bel orange. Le bonhomme de neige était né au milieu des cris de joie des enfants. Puis, le soleil se coucha, la pleine lune monta dans le ciel, ronde et grosse, claire et belle, elle brillait dans la nuit noire parmi les étoiles.
« Ah ! Le voici qui réapparaît de l'autre côté, dit le Bonhomme de neige. »
Il pensait que c'était le soleil qui se montrait de nouveau.
Puis notre bonhomme de neige soupira :
« ah, si seulement je savais ce qu'il faut faire pour changer de place, moi aussi!
Si je le pouvais, j'irais tout de suite me promener sur la glace pour faire des glissades, comme j'ai vu les enfants faire. Mais je ne peux pas courir. »
« Ouah ! Ouah ! » Aboya le chien de garde qui passait par là. Il était vieux et ne pouvait plus aboyer car il était toujours enroué depuis qu'il n'était plus chien de salon et n'avait plus sa place devant le poêle.
« Ouah ! Ouah ! Le soleil t'apprendra bientôt à courir. Je l'ai bien vu pour l'autre bonhomme de neige pendant le dernier hiver !» dit le chien
« Cette boule la haut ? » questionna le bonhomme de neige en montrant la lune.
« Tu ne sais rien de rien ! », dit le chien. « Il est vrai aussi qu'on t'a fait depuis peu.
Ce que tu vois là, c'est la lune... et celui qui a disparu, c'est le soleil. Il reviendra demain et,
tu peux m'en croire, il saura t'apprendre à courir dans le fossé. Nous allons avoir un changement de temps. Je sens cela à ma patte arrière gauche. J'y ai des élancements et des picotements très forts ».
Le temps changea en effet. Vers le matin, tout avait gelé, arbres et bosquets étaient couverts de givre et toute la contrée ressemblait à une forêt de corail blanc. Quand le soleil vint à briller au milieu de cette splendeur incomparable, il sembla que des éclairs partaient de toutes parts, et que le vaste manteau de neige qui couvrait la terre ruisselait de diamants étincelants.
« Quel spectacle magnifique ! » s'écria une jeune fille qui se promenait dans le jardin avec un jeune homme. Ils s'arrêtèrent près du Bonhomme de neige et regardèrent les arbres qui étincelaient.
« Même en été, on ne voit rien de plus beau ! »
Quand les jeunes gens furent parti, le bonhomme de neige demanda au chien
« Qui sont ces personnes, où habitent elles et qui sont elles ? »
« Je les connais bien » répondit le chien. Et il lui parla des caresses qu'ils avaient reçues les soirs près du poêle où il faisait si bon.
Intrigué le bonhomme de neige demanda :
« Près du poêle... mais comment est ce un poêle ? est-ce si merveilleux ? »
« Regarde là bas par la fenêtre, tu l'apercevras. C'est cet objet noir, on y voit le feu danser à l'intérieur. Le feu brûle grâce au bois que l'on y met » lui répondit le chien
« Ah, j'aimerais tant connaître le poêle, j'en craque d'envie, continua le bonhomme de neige. Si je pouvais entrer et m'approcher du poêle!
« Tu n'entreras pas, dit le chien, il ne faut pas car si tu entrais, ce serait fini de toi. »
« Oui mais je suis attiré, dit le Bonhomme de neige, j'ai envie de connaître le poêle. »
Toute la journée il regarda par la fenêtre le poêle. Puis il s'endormi.
Au petit matin, il faisait un beau froid sec, un vrai plaisir pour un Bonhomme de neige.
Et pourtant le Bonhomme de neige n'était pas gai. Il ne désirait qu'une chose : le poêle.
«Etrange maladie pour un Bonhomme de neige ! » pensait le chien. « Ouah ! Ouah ! Nous allons encore avoir un changement de temps ! »
Et cela arriva en effet : ce fut le dégel. Et plus le dégel arrivait, plus le Bonhomme de neige diminuait. Il ne disait rien, il ne se plaignait pas, il était résigné. Un matin, il disparu totalement, et il ne resta de lui qu'un manche à balai. Car les enfants l'avaient fait tenir à l'aide de ce morceau de bois. Voila pourquoi il admirait tant le poêle. C'était le bois dans sa poitrine qui l'attirait vers le poêle.
« Je comprends maintenant son envie, dit le chien. C'est ce qu'il avait dans le corps qui le tourmentait ainsi si fort ! Ouah Ouah ! »

Bientôt, l'hiver disparut à son tour.

Bonsoir les enfants, allez dormez bien...

Le père Noel

Retour à l'accueil