Bienvenue sur le site du Père Noël
Noël c'est dans 212 jours

Si tu veux me parler,
appelle moi au
0 899 19 39 25*

Les chaussures usées

Le père Noel est fatigué... tu vois, je m'assois confortablement dans mon fauteuil.
HUMM ça fait du bien.
Oh lala j'ai les pieds en compote. Attends j'enlève mes bottes pour réchauffer mes pieds devant la cheminée. Humm quel bonheur, quel délice. Ah mais que vois je ?
Une de mes bottes est fort usée. Mère Noël il faudra que tu penses à réparer ces vieilles chaussures...
Tiens ça me rappelle une histoire de chaussures usées. Pas n'importe quelle chaussure !
Non des chaussures de bal.

Voici mon histoire : un roi avait douze filles, toutes plus belles les unes que les autres.
Elles dormaient ensemble dans une vaste pièce.
Quand elles étaient couchées le roi fermait leur chambre à clef.
Or, Au petit matin on découvrait leurs chaussures de bal usées.
« Mais où dansaient-elles toute la nuit ? Tous les soirs leur chambre est pourtant bien fermée à clef. » se demandait leur père.
Mais, personne n'était capable d'élucider ce mystère.
Si bien que le roi proclama que celui qui trouverait où dansaient les princesses toutes les nuits pourrait choisir l'une d'elle pour l'épouser.
Pour ce, le prétendant avait trois jours et trois nuits. Passé ce délai, s'il n'avait pas résolu ce mystère, il était banni à jamais du pays.
De nombreux princes tentèrent leur chance, mais en vain tous échouèrent...

Un jour un valeureux mais néanmoins pauvre soldat décida de relever ce défi.
Il habitait la ville voisine. Décidé à tenter sa chance, il se mit en route vers le palais.
En chemin notre soldat rencontra une pauvre vieille qui portait sur ses frêles épaules un fagot de bois. « Madame lui dit le soldat, vous êtes bien chargée, permettez que je vous aide. Laissez-moi porter votre fagot ». La vielle femme accepta avec joie.
Et tout deux se mirent en route vers la chaumière de la vielle femme.
En chemin elle se mit à gémir « Monsieur, je suis si fatiguée, je ne puis avancer.. ».
Le courageux soldat proposa « laissez moi donc Madame vous porter ».
Et la vielle grimpa sur son dos juste au dessus du fagot de bois.
Ils continuèrent ainsi leur route. Un chien se mis alors à les suivre.
«C'est mon vieux chien ?expliqua la veille femme - il est tout aussi âgé et fatigué que moi.
Je crains qu'il ne puisse nous suivre plus longtemps.
Le généreux soldat proposa de porter le chien sur son dos. En le chemin, le soldat expliqua à la vielle pourquoi il voulait se rendre au palais.
Puis il arriva enfin chez elle. Il déposa : le chien, la veille, et le fagot sur le seuil de la maison. Tout à coup une lumière l'éblouit et la vielle se transforma en fée, le fagot en baguette magique, et le chien en un magnifique cheval blanc. « Ta bonté est grande et ton c?ur est noble. Laisse-moi t'aider à mon tour. Tout d'abord ne bois pas le vin qu'elles vont t'offrir, puis va te coucher et fais semblant de dormir. Voici une cape magique, elle a le pouvoir de rendre invisible celui qui la porte, prends-la. Une dernière chose prend ce cheval blanc pour te rendre au palais. Va vite et bonne chance ».
Le soldat remercia la fée et se remis en route vers le palais du roi.

Le soir même il se présenta devant le roi, prêt à relever le défi.
Le soir venu, le soldat s'installa dans la chambre des douze princesses. Et quand la cadette lui proposa un verre de vin, il fit semblant de le boire. Puis comme lui avait conseillé la vieille femme, il fit semblant de dormir. Tandis qu'il s'appliquait à ronfler, la cadette se pencha sur lui et soupira « quel dommage dit elle, je le trouve très beau ».
Puis les princesses se préparèrent. L'aînée s'approcha de son lit et frappa trois coups.
Le lit glissa aussitôt pour laisser place à un escalier qui descendait sous la terre.
Les unes après les autres, les princesses empruntèrent l'escalier.
Notre soldat s'enroula alors dans la cape et emboîta le pas de la Cadette.
Mais tout à coup le soldat marcha sur la robe de la plus jeune princesse.
La princesse eut peur et s'écria :
- Qu'est-ce que c'est ? Qui a marché sur ma robe ?
- Que tu es bête ! répondit l'aînée, tu as dû t'accrocher à un clou tout simplement.
Puis les princesses arrivèrent dans une merveilleuse allée : les feuilles des arbres y étaient en argent, elles brillaient et scintillaient.
Pour emporter une preuve, le jeune soldat cassa une petite branche, mais l'arbre craqua très fort. Et la cadette cria de nouveau :
- Avez-vous entendu ce bruit ?
Mais l'aînée la calma :
- Ce sont des coups de canon. Nos princes se réjouissent de notre arrivée.
Les princesses continuaient leur chemin. Elles traversèrent une autre allée où les feuilles étaient en or, puis une allée où sur les arbres de vrais diamants étincelaient.
Le soldat arracha une petite branche dans l'allée d'or et dans celle aux diamants aussi.
Et à chaque fois un craquement retentit. Chaque bruit faisait sursauter la plus jeune des princesses.
Mais sa s?ur aînée persistait à dire qu'il s'agissait de coups de canon tirés en leur honneur.
Enfin elles arrivèrent à un lac. Sur la rive voguaient douze barques et dans chacune d'elles se tenait un très beau prince. Les douze princes attendaient leurs douze princesses.
Chacun en prit une dans sa barque. Le soldat s'assit près de la plus jeune.
- Je ne comprends pas, s'étonna le prince, la barque me semble plus lourde que d'habitude. Je dois ramer de toutes mes forces pour avancer.
Sur l'autre rive brillait un palais magnifique, tout illuminé. A l'intérieur un bal y était donné. Les douze princesses et les douze princes dansèrent toute la nuit.
Au petit matin les princesses regagnèrent leur chambre.

Le lendemain le roi convoqua notre soldat et lui demanda
- Où mes douze filles dansent-elles pour user tant leurs souliers ?
Notre soldat répondit
- Dans un palais sous terre. Elles y dansent avec douze princes.
Il se mit alors à raconter comment tout cela se déroulait. Puis il montra les preuves au roi.
Le roi appela ses filles et leur demanda si le soldat avait dit la vérité.
Les princesses, voyant que leur secret était découvert, reconnurent les faits.
Comme promis le roi demanda au soldat de choisir l'une de ses filles pour l'épouser.
Le soldat choisi la cadette.
Et comme dans tous les contes de fée, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants.
Voila mon histoire est terminée. Je te souhaite une belle nuit.

Le Père Noel

Retour à l'accueil